SEO NAME
SEO NAME
SEO NAME
SEO NAME
Le projet KOSA est l’initiative d’un collectif de designers engagées, motivées par l‘envie de promouvoir la production et la culture locale.
SEO NAME
SEO NAME
SEO NAME
Nous voulons faciliter l’accès à la découverte et l’apprentissage des activités artisanales au grand public en créant des ateliers sur mesure.
SEO NAME
SEO NAME
SEO NAME
SEO NAME
SEO NAME
SEO NAME

Nous aimerions travailler avec des tisseurs/ses de vacoa de l’île de La Réunion. Ce choix n’est pas un hasard, car deux des membres du collectif y ont grandit et ont eu leur première formation artistique au lycée Art Appliqué de Terre-Sainte.

Sensible à la beauté et la singularité des produits en vacoa, nous aimerions davantage apprendre et questionner cette technique afin de créer un objet au croisement entre artisanat et design contemporain.

SEO NAME

Le bertel

SEO NAME
SEO NAME

Nous avons pensé qu’il serait intéressant de travailler autour du sac Bertel, objet emblématique de la culture réunionnaise.

Pour cela nous aimerions lancer une collaboration avec un artisan sur plusieurs jours pour revisiter ce sac. Dans le cadre de ce partenariat nous échangerons des savoir-faire, des idées pour créer un prototype entre tradition et renouveau.

SEO NAME
SEO NAME
SEO NAME

Afin de se familiariser davantage avec la matière, nous avons déjà fait quelques tests à partir d’échantillons de vacoa. Nous avons cherché différentes techniques d’assemblages en mariant le vacoa avec d’autres matières comme le cuir, des sangles ou une simple fermeture éclair.

Grâce à ces expérimentations nous avons découvert de multiples possibilités mais aussi des contraintes. Nous espérons pouvoir les résoudre lors de quelques jours de workshops avec les tisseurs de vacoa que nous avons contacté. 

SEO NAME

Les ateliers

SEO NAME

Pour que l’expérience soit encore plus belle, nous souhaitons dans un second temps partager nos découvertes avec le grand public en organisant des ateliers ouverts à tous. En effet, nous aimerions mettre en place des demies-journées aussi créatives que culturelles, où les participants repartiraient avec leur propre version du sac Bertel.

Cette démarche a pour but de sensibiliser les consommateurs aux notions de temps et de provenance de leur produit car «malheureusement, de nombreuses pratiques sont en voie de disparition: la concurrence est rude et la plupart du temps, les boutiques d’artisanat proposent de l’import, malgache ou indonésien» (ref : Petit Futé « La Réunion », p69).